mercredi 18 novembre 2020

Poème

La honte du vieil arbre


J’étais un vieil arbre, doté d’une longue Vie,
Un arbre remarquable, dans le square Emelik.
Honneur du jardinier, dont le nom s’est perdu,
Lui qui m’avait planté en des temps disparus.

On m’a donné pour mort ; qu’est-ce que cela signifie ?
Les Hommes décrètent à tort ce qu’est ou non la Vie.
Entre mes bras nichaient des mésanges en famille,
Dans mon tronc sec vivaient milles insectes et chenilles,
La Vie après la Vie……

Un beau jour de l’été ;
Car c’est toujours l’été qu’arrivent les mauvais coups,
Une harde d’ouvriers, bardés d’armes jusqu’au cou,
De machines de l’enfer, arriva par derrière,
Pour s’en prendre à mon tronc.
Inégale la lutte, rapide fut ma chute.
Penaud, déraciné, à terre je gisais,
Mais pour mieux m’humilier,
A la déchetterie, mes vieux os ont fini.

Eu égard à mon âge, et comptables de l’ombrage,
Qu’à tant d’autres avant vous, j’avais offert sans dû,
A défaut des hommages, vous auriez au moins pu,
Me témoigner un rien du respect attendu.

Honte sur moi, au milieu des déchets,
Honte à vous !
Méprisants orgueilleux, qui vous prenez pour Dieu,
Qui vous a prêté tout,
Vous ne respectez rien et pavez cette terre,
Des dalles de l’enfer.

Enfants, vous qui passez dans ce square pour jouer,
Sachez qu’ici vivait un arbre remarquable.
Vos aînés lui ont fait un destin bien macabre.

Poème d'Eric ZAHND 

écrit suite à la disparition et à la mise en déchèterie de l'arbre de Judée de L'haÿ les Roses

>> L'ensemble des textes et des chansons de Eric sont disponibles sur son site 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire